Luminothérapie médicale : comment ça marche ?

C'est quoi la luminothérapie médicale ?
Qu’en est-il de la luminothérapie médicale ? Comment ça marche ? Qu’est-ce qu’elle soigne ? Voilà autant de questions qui méritent des réponses claires et précises. La luminothérapie thérapeutique actuelle est née dans les années 1980 lorsque le Docteur Norman E. Rosenthal (médecin psychiatre du National Institute of Mental Health aux USA) publia ses travaux sur les troubles affectifs saisonniers aussi connus sous le nom de « dépression saisonnière ». Grâce à ses recherches, la pratique de la luminothérapie entra peu à peu dans le corps médical. Au départ dans des cliniques psychiatriques, puis, de fil en aiguille elle fit son apparition dans des instituts de médecine générale. Depuis le début des années 2000, des travaux son régulièrement publiés sur l’utilisation et les bienfaits de la luminothérapie médicale. Mais au final, à quoi sert la luminothérapie médicale ? Contre quels troubles est-elle conseillée ? Est-ce un traitement comme un autre ? Peut-elle provoquer des effets secondaires ? Voici autant de questions auxquelles vous trouverez des réponses dans cet article.

Sur quoi agit la luminothérapie médicale ?

La luminothérapie médicale agit sur plusieurs troubles. On pense généralement au trouble affectif saisonnier (aussi connu sous le nom de dépression saisonnière) mais la luminothérapie agit sur d’autres facteurs comme :

  • la dépression ;
  • la fatigue ;
  • les maladies de la peau.

La luminothérapie médicale est un traitement de premier ordre pour de nombreux troubles. Voyons ensemble de quoi il en retourne.

Luminothérapie et dépression

La dépression se caractérise souvent par une humeur triste, le moral en berne, une grande irritabilité, du stress, de l’anxiété, etc. Ce type de trouble peut être caractéristique d’un trouble affectif saisonnier ou, plus gravement, d’une dépression chronique sévère. Pour savoir s’il s’agit d’une dépression saisonnière, sachez que celle-ci se déclenche systématiquement à l’approche de l’hiver et disparaît au printemps lors de l’arrivée des beaux jours. C’est également ce qu’on appelle plus communément le « coup de blues de l’hiver ». Contrairement aux dépressions chroniques sévères qui ne font pas de distinction entre les saisons, les troubles affectifs saisonniers peuvent se soigner avec des séances de luminothérapie médicale. En s’exposant régulièrement à une lampe de luminothérapie médicale, idéalement une séance de 30 minutes par jour dès le réveil, vous aidez votre corps à réguler la production de mélatonine et de sérotonine. À savoir : dans le cas d’une dépression chronique, il est important de consulter un médecin qui pourra vous fournir un traitement et un suivi approprié qu’il vous sera possible de coupler avec vos séances de luminothérapie quotidiennes. En simplifiant les choses, sachez que la mélatonine est l’hormone du sommeil et la sérotonine est l’hormone du réveil. Ces deux hormones jouent un rôle fondamental dans l’horloge biologique interne, à savoir : les rythmes circadiens. Ceux-ci s’échelonnent sur une période d’environ 24 heures et régulent les variations de la température corporelle, les phases d’éveil-sommeil, le taux hormonal, la fréquence des repas, etc. Une pratique régulière de la luminothérapie médicale permet de réarranger ces cycles.

Luminothérapie et fatigue

Il peut arriver de subir une baisse de forme de temps à autres, d’être un peu plus fatigué à certains moments de l’année. Mais lorsque cette fatigue revêt un aspect chronique et ne se dissipe pas, elle peut fortement impacter votre mode de vie. Contre ce type de troubles, la luminothérapie médicale est d’une très grande efficacité.

À savoir : si vous souffrez d’une fatigue chronique inter-saisonnale, il est important de consulter votre médecin afin que celui-ci puisse vous fournir un traitement et suivi personnalisé.

Généralement, effectuer des séances de 30 minutes d’exposition par jour de luminothérapie médicale permettent de résoudre ces problèmes de fatigue et de remettre à jour votre horloge biologique. Vous pouvez également opter pour un simulateur d’aube qui vous permettrait d’obtenir une dose croissance de lumière tout au long de votre phase de réveil.

Luminothérapie et maladie de la peau

Grâce à des observations cliniques menées sur plusieurs décennies, nous savons à l’heure actuelle que certaines maladies de la peau telles que l’eczéma, l’urticaire, l’acné, le psoriasis où encore certains problèmes telles que les vergetures évoluent positivement sous une exposition à la lumière du jour.

Les démangeaisons et les inflammations chroniques dues à ces maladies sont amoindries lorsque la peau se trouve exposée, par petites doses, à la lumière du jour. Il s’agirait là de l’action immunosuppressive des rayons ultraviolets (UV) et qui empêcheraient certaines réactions immunitaires du corps.

À savoir : certaines maladies de la peau ne sont pas traitables chez soi avec de simples appareils de luminothérapie médicale. Elles nécessitent un équipement particulier qui se trouve essentiellement dans les cabinets de dermatologie.

La luminothérapie médicale peut se révéler très efficace pour traiter des cas d’acné inflammatoire légers et modérés (sans pour autant soigner l’acné kystique ou nodulaire). Généralement, on utilise une combinaison de lumières bleues et rouges :

  • la lumière bleue a une action bactéricide et lutte contre les germes pouvant mener à un inflammation ;
  • la lumière rouge a une action vasodilatatrice qui permet de faciliter la circulation du sang et favorise donc au renouvellement des cellules cutanées.

Couplée à des massages et des techniques d’aspiration, la luminothérapie médicale permet également de résorber certaines vergetures. Pour cela on préférera des lumières oranges et rouges afin de raffermir la peau plus facilement.

Y a-t-il des effets secondaires à l'utilisation de la luminothérapie médicale ?

La luminothérapie médicale est un traitement alternatif moins puissant que certains médicaments, mais également bien plus doux et moins invasif. Il peut cependant arriver que lors de vos premières séances de luminothérapie vous subissiez des effets secondaires. Mais ne vous inquiétez pas, ils sont très peu dérangeants et temporaires.

Vous pourriez par exemple subir une petite période de sécheresse oculaire lors de vos premières séances, une baisse temporaire d’énergie ou encore de légères poussées d’anxiété. Ces effets secondaires sont la résultante de l’adaptation de votre corps à un nouveau rythme biologique.

Afin d’éviter ces désagréments et ne pas brutaliser votre corps en lui imposant un nouveau rythme du jour au lendemain, nous vous conseillons soit :

  • de commencer par des séances de luminothérapie médicale plus courtes (15 minutes au lieu de 30 minutes) ;
  • de baisser la puissance d’éclairage ;
  • d’augmenter la distance entre la lampe et votre corps.

Au fur et à mesure des séances vous rétablirez petit à petit ces variables afin de profiter pleinement des vos séances de luminothérapie médicale.

Votre avis

LES MEILLEURES OFFRES

Lampe médicale Duronic SADV1

Voir le prix

Lampe médicale Duronic SADV1

Voir le prix

Lampe médicale Duronic SADV1

Voir le prix

NOS COMPARATIFS

Lampes

Lunettes

Simulateurs d'aube

Ampoules

Masques

TOUT VOIR

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.